Révolution Socialiste  

Accueil

CoReP

CRP en el Perú

 

 

Retrait immédiat des troupes françaises d’occupation de l’Afghanistan !

 

3 000 militaires français sévissent en Afghanistan. Le 18 août, 10 soldats ont été tués et 22 ont été blessés lors d’une embuscade à Uzbeen, au nord-est de Kaboul. Nicolas Sarkozy a organisé une grande opération patriotique à cette occasion, déchaînant une orgie de drapeaux tricolores, de médailles et de Marseillaise, pour faire oublier les premières déclarations des survivants mettant en cause l’impéritie des gradés et des tirs des alliés américains.

Nos soldats sont tombés pour protéger la France, pour protéger les Français de la menace directe du terrorisme, qui prend pour une large part sa source dans cette région du monde. (Nicolas Sarkozy, Discours à la 16e conférence des ambassadeurs, 27 aout)

Les troupes françaises qui mènent la guerre en Afghanistan sont composées de professionnels, de mercenaires de l’impérialisme français, qui sont apparemment étonnés qu’au lieu de tuer impunément de l’Afghan, ils puissent eux-mêmes parfois servir de cibles. Dans le silence complice de tous les grands partis français, la population civile d’Uzbeen a subi la vengeance de la soldatesque :

Quatre missiles Milan ont été tirés contre le village, deux autres hameaux ont été détruits dans un raid aérien le lendemain. L'agence Pajhwok estime qu'il y aurait plusieurs dizaines de civils morts. (Le Nouvel Observateur, 28 aout)

Le Parti socialiste et le Parti communiste français ont intégré « l’union sacrée », en participant notamment aux cérémonies du sabre et du goupillon le 21 août, en compagnie du président qui a envoyé les troupes là-bas et qui a ouvert la chasse à l’immigré ici, de ses ministres, des parlementaires de l’UMP et du MoDem, de Le Pen, de l’état-major de l’armée qui a massacré la Commune de Paris et mené les guerres coloniales, des évêques de l’Eglise catholique qui a béni ces exactions ainsi que le régime de Pétain.

Cette tragédie suscite un choc émotionnel légitime… Le PCF réitère sa condamnation de cette politique aventureuse et dangereuse qui a enlisé la France… (PCF, Déclaration, 19 aout)

Le Parti socialiste s’associe à la douleur des familles des 10 soldats tués en Afghanistan, apporte tout son soutien à nos compatriotes blessés et exprime sa solidarité avec l’ensemble des militaires français engagés en Afghanistan… Le Parti socialiste avait souligné les dangers d’une escalade non maîtrisée. (François Hollande, Communiqué, 19 aout)

Pour le PCF et le PS, il n’y a pas « d’émotion légitime » et encore moins de « tragédie » pour les centaines de victimes civiles des incessants bombardements de villages par l’aviation française et par l’aviation américaine, qui renforcent l’emprise de la réaction islamiste sur la population d’Afghanistan. Il faut dire que c’est le gouvernement Jospin (PS-PCF-Verts-PRG) qui avait envoyé en 2002 les premières troupes françaises et qu’en 1991, c’est le gouvernement Mitterrand-Rocard (PS-PCF-PRG-Verts) qui a participé aux côtés des Etats-Unis à la première guerre impérialiste contre l’Irak. Récemment, les principaux dirigeants du PCF et du PS ont même accepté d’accompagner Sarkozy lors de son voyage au Liban du 7 juin.

Le PS et le PCF se situent tous deux sur le terrain de Sarkozy, celui de « la France ». Mais l’union sacrée et le nationalisme, qui mettent « la France » au dessus des classes qui la composent, aboutissent inéluctablement à la subordination de la classe ouvrière à ses exploiteurs. C’est dans l’’intérêt de ces derniers, et non des travailleurs, que la 5e République participe au maintien de « l’ordre » mondial, défini t par les Etats-Unis, et, dans une moindre mesure, par leurs rivaux impérialistes comme la France. Pour conserver un rôle mondial et garantir les profits des grands groupes capitalistes français, le gouvernement Sarkozy-Fillon modernise actuellement l’armée par la fermeture de casernes superflues dans des petites villes, le lancement d’un nouveau sous-marin nucléaire, l’ouverture d’une base supplémentaire aux Emirats arabes unis, etc. Cette puissance d’intervention extérieure et de destruction accrues sert d’appui aux initiatives diplomatiques.

Que l’impérialisme soit américain, français ou autre, sa domination sur le reste du monde et ses immixtions brutales entretiennent le sous-développement, la misère, la réaction, l’oppression des femmes et le cléricalisme.  Sarkozy mise ouvertement sur la religion pour maintenir l’ordre en France dans une période où il y démantèle les conquêtes sociales ; les dirigeants américains démocrates et républicains ont nourri l’islamisme durant des décennies en Iran, en Indonésie, au Pakistan et en Afghanistan (incluant le réseau du capitaliste saoudien Ben Laden) et misent aujourd’hui encore sur les réactionnaires sunnites au Liban et en Irak.

L’invasion de l’Afghanistan et celle de l’Irak sont donc totalement réactionnaires et défaite des armées impérialistes est souhaitable. Il revient aux travailleurs des villes et des campagnes d’Afghanistan, avec l’aide de ceux du Pakistan, d’Inde, d’Iran… de chasser les occupants (dont l’armée française) et d’affirmer en même temps leurs revendications (contrôle ouvrier, partage des terres, égalité des femmes, laïcité, etc.) qui sont incompatibles avec les deux pouvoirs qui se partagent actuellement le pays et qui sont tous deux au service des patrons, des seigneurs et des mollahs. Dans le cours de leur mouvement d’émancipation, les travailleurs afghans doivent renverser tant le gouvernement de Karzaï installé par l’impérialisme américain que les Talibans liés aux services secrets du Pakistan, pour mettre en place un gouvernement ouvrier et paysan.

Quant aux Etats qui ont envoyé des troupes d’occupation, la subordination de la classe ouvrière à la bourgeoisie par ses propres directions politiques et syndicales aboutit à la division des travailleurs dans le monde et dans le pays même, affaiblit la classe ouvrière dans sa lutte quotidienne, répand le scepticisme sur le socialisme. L’unité des travailleurs impose que les organisations ouvrières de ce pays exigent le départ immédiat d’Afghanistan des troupes françaises, américaines, britanniques, etc. ainsi que la réduction du fardeau des dépenses militaires et du danger que représente pour eux-mêmes une armée de mercenaires habituée à massacrer des travailleurs. Une telle mobilisation mettra forcément en cause les gouvernements bellicistes comme ceux de Bush, Sarkozy ou Brown, et ouvrira la voie à un gouvernement ouvrier.

Retrait des troupes d’intervention françaises d’Afghanistan, de Côte d’Ivoire, du Liban, etc. ! Fermeture de toutes les bases militaires à l’étranger !

Désarmement des centaines de missiles nucléaires français ! Dissolution de l’armée de métier ! Entraînement militaire de tous les jeunes et armes sous contrôle des travailleurs !

8 septembre 2008

Groupe bolchevik
pour la construction du parti ouvrier révolutionnaire, de l’internationale ouvrière révolutionnaire