Révolution Socialiste  

Home

Liens

Révolution Permanente

Lucha Marxista

Grupo Germinal

 

 

Ce que veulent les étudiants :
l’abrogation de la loi Villepin

Malgré la propagande gouvernementale, les mensonges débités dans les AG par les rejetons des partis bourgeois, la grande masse des étudiants et des jeunes sait que la loi dite « d’égalité des chances », adoptée le 8 février à l’Assemblée, est au service des patrons et non de la lutte contre le chômage.

La loi de Villepin renforce la précarité (période d’essai de 2 ans pour tous les moins de 26 ans), baisse le coût du travail (« zones franches urbaines », exonération de charges pour le CPE), met en apprentissage dès 14 ans les enfants de prolétaires, autorise le travail de nuit à 15 ans.

Ce qui s’y oppose :
la dispersion « reconductible »

Pour obtenir l’abrogation de la loi Villepin, il faut affronter le gouvernement et le vaincre. Qui peut croire que c’est possible fac par fac ? que c’est valable pour le 7 mars mais pas le 8…

La tactique de la « grève reconductible » a déjà servi plus d’une fois : elle vise à émietter la force des étudiants qui devraient « décider » de la grève fac par fac, alors que l’objectif est national, alors que l’action centralisée du gouvernement nécessite une riposte centralisée des étudiants.

Les représentants de l’UNEF, de SUD, de la FSE, dans et hors de la « coordination », épuisent la mobilisation, diluée par campus au lieu de la rassembler et de la dresser contre le gouvernement.

Les AG n’ont pas réussi jusqu’à présent à constituer des comités de grève car le PCF et ses adjoints (LO, LCR, etc.), les dirigeants cogestionnaires de SUD, de la FSE et de l’UNEF ne veulent pas d’un combat centralisé contre le gouvernement.

Pour l’instant, la coordination nationale étudiante est contrôlée par les appareils syndicaux et ils multiplient les « journées d’action » qui ont déjà laissé les mains libres au gouvernement pour faire adopter sa loi à l’Assemblée, qui jouent la montre, épargnant à Chirac-Villepin-Sarkozy de se trouver face à la grève générale des universités.

D’ici le 7 mars, nous appelons à la mobilisation et au blocage l’ensemble de la jeunesse pour le 28 février (…) nous appelons également à une journée d’action le 2 mars (…) nous appelons les étudiants et lycéens à une grève reconductible à partir du 7 partout où les forces le permettent. (…).nous appelons d’ores et déjà, à une journée nationale d’action le jeudi 9 mars. (Appel de la coordination nationale étudiante de Toulouse, 25 février)

Assemblées générales dans toutes les facultés contre la loi Villepin ! Délégués élus et révocables par les AG pour composer la! Coordination nationale !

Pour gagner :

Le gouvernement peut être battu !

Il faut s’organiser dans les AG, dans les facs, pour faire élire les vrais représentants des étudiants, pour imposer aux directions syndicales étudiantes qu’elles cessent tout contact avec le gouvernement, qu’elles appellent à la grève générale des universités jusqu’au retrait de la loi Villepin-Borloo-Sarkozy, qu’elles s’adressent aux confédérations ouvrières pour l’organisation d’une manifestation unie du prolétariat et de la jeunesse contre la politique du gouvernement qui se verra opposer la grève générale s’il ne capitule pas.

Dirigeants syndicaux, délégués de la Coordination, appelez à la manifestation centrale, appelez à la grève générale !

1er mars 2006