Révolution Socialiste  

Accueil

Liens

CoReP

CRP en el Perú

 

 

Travailleurs français, immigrés, une seule classe ouvrière

Arrêt des rafles et des expulsions ! Abrogation des lois Sarkozy-Hortefeux ! Des papiers pour tous !

 

Le gouvernement bourgeois divise les travailleurs et mène une
politique xénophobe et raciste

 

Depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir, Ivan Dembsky, 12 ans, s’est grièvement blessé le 9 août en tombant du 4e étage d'un immeuble d'Amiens alors qu'il fuyait la police ; Chulan Zhang Liu, 51 ans, s’est défenestrée du 1er étage le 20 septembre à l’arrivée de la police à Paris et en est morte ; Reda Semoudi, 31 ans, est mort le 8 janvier après une chute du 9e étage pendant une perquisition de la police ; John Maina, 19 ans, s’est suicidé le 15 février après avoir été débouté du droit d’asile…

Le « ministre de l’identité nationale », Brice Hortefeux, a fait adopter au parlement UMP le 23 octobre 2007 une loi qui restreint les conditions d’accès au territoire français et du regroupement familial. La loi Sarkozy-Hortefeux prolonge celle de Chirac-Sarkozy adoptée en 2006 qui a instauré la chasse policière des travailleurs et travailleuses sans papiers et autorisé les tests ADN. Le gouvernement Sarkozy-Fillon-Hortefeux a amplifié la chasse, l’incarcération et l’expulsion des travailleurs immigrés « sans papiers » et de leurs familles. En janvier 2008, Hortefeux se félicitait des 23 700 expulsions de sans papiers qui sont arrêtés dans les gares, devant les écoles de leurs enfants, à leurs domiciles ou même à la Préfecture, comme à Nanterre, quand ils viennent pour demander leur régularisation. Le gouvernement a prévu 26 000 expulsions en 2008 et 28 000 pour 2010.

Le pouvoir congratule les Déby, les Poutine et les Bush , mais il repousse des milliers de réfugiés d’Irak, de Palestine, de Tchétchénie, il s’acharne contre les étrangers quand ils sont des travailleurs, il les désigne comme boucs émissaires au chômage et à l’insécurité qu’engendre le capitalisme décadent. Sarkozy, ses ministres, son parti renforcent l’oppression de la partie la plus exploitée des salariés et alimentent la xénophobie et le racisme. Une grande partie des travailleurs qui viennent en France se retrouve dans l’illégalité. Cela les oblige à accepter des conditions de travail et de rémunération qui contribuent à l’augmentation du taux d’exploitation de l’ensemble de la classe ouvrière. Avec la division entre les travailleurs, avec ou sans papiers, Sarkozy sert les intérêts du patronat en facilitant la surexploitation et le travail sous-payé, ainsi que des riches qui obtiennent du personnel domestique à vil prix.

Front unique des organisations ouvrières pour défaire l’offensive contre les
travailleurs immigrés !

Les grands partis issus de la classe ouvrière et les confédérations syndicales, qui devraient être en première ligne contre cette politique qui vise à diviser et affaiblir le prolétariat, se situent sur le terrain de la charité chrétienne ou gardent un silence complice. Il faut dire que le parti « socialiste » et le parti « communiste » défendent « l’intérêt national » et approuvent l’existence d’une « politique de l’immigration » comme avec la loi Chevènement du gouvernement Jospin. Toute politique de l’immigration restreint l’entrée des réfugiés politiques, des ouvriers ou des employés d’Asie, d’Afrique d’Europe de l’Est et d’Amérique du Sud, entretient la discrimination envers ceux qui vivent en France.

Seule la solidarité des parents, des élèves, des enseignants limite la violence policière et à la politique répugnante de Sarkozy et Hortefeux. Pour interdire le racket des passeurs, la surexploitation des sans papiers, les rafles et les expulsions, il faut encourager l’auto-organisation dans les écoles, les lycées, les quartiers, les entreprises. Les travailleuses et les travailleurs doivent exiger des organisations issues de la classe ouvrière qu’elles œuvrent à l’unité du prolétariat, à la fin de la chasse au faciès, à la fermeture des centres de rétention, à la régularisation des sans papiers, à l’abrogation des lois Sarkozy-Hortefeux, à a libre circulation des travailleurs et  des étudiants, aux mêmes droits pour tous les travailleurs qui vivent ici.

Le Groupe bolchevik tente d’aider le prolétariat à se constituer en parti révolutionnaire, à renouer avec l’internationalisme et à déployer toute la force sociale et politique dont il sera capable en unissant ses rangs. La classe ouvrière est la seule capable de défaire et chasser le gouvernement Sarkozy-Fillon-Hortefeux, la seule capable de renverser la 5e République, d’ouvrir une issue positive à travers un gouvernement ouvrier expropriant les capitalistes, ouvrant la voie aux Etats-Unis socialistes d’Europe et à la Fédération socialiste de la Méditerranée.

Arrêt des rafles et des expulsions ! Abrogation des lois Sarkozy-Hortefeux ! Régularisation de tous les sans papiers ! Mêmes droits pour tous les travailleurs !

4 avril 2008, Groupe Bolchevik  [Collectif Révolution Permanente]