Révolution Socialiste  

Accueil

CoReP

CRP en el Perú

 

 

Groupe Bolchevik
pour la construction du Parti ouvrier révolutionnaire, de l’Internationale ouvrière révolutionnaire

1er mars 2004

Bien sûr, à l’époque de l’impérialisme, il est possible pour une tendance prolétarienne révolutionnaire de surgir dans un pays donné. Mais elle ne peut progresser et se développer dans un pays isolé. Le jour d’après sa naissance, elle doit chercher et créer des liens internationaux, une plateforme internationale, une organisation internationale, parce que la garantie de la correction d’une politique nationale ne peut se trouver que dans cette voie. Une tendance qui demeure nationale durant des années se condamne irréversiblement à la dégénérescence. (L. Trotsky, « Lette au comité de rédaction de Prometeo », 19 juin 1930)

Camarades,

La crise de l’humanité continue de se concentrer dans la crise de la direction révolutionnaire du prolétariat.

Les conquêtes antérieures du prolétariat international sont déjà détruites ou sont menacées par le capitalisme pourrissant. Le joug de l’impérialisme s’étend aux zones qui lui avaient échappées (Europe de l’Est, Chine, Cuba, etc.) et se renforce sur les pays dominés (interventions militaires dans l’ex-Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak, en Côte d’Ivoire). Il s’agit en même temps d’un début de repartage du monde : les puissances impérialistes s’affrontent de plus en plus et s’affronteront de plus en plus si la révolution prolétarienne n’intervient pas à temps.

Or, la révolution mondiale est empêchée. Les directions nationalistes bourgeoises (qu’elles soient laïques ou cléricales) et les bureaucraties du mouvement ouvrier achetées par la bourgeoisie (les appareils syndicaux, les vieux partis issus de la 2e ou de la 3e Internationales, les nouveaux partis de ce type comme le PT Brésil…) soutiennent leur bourgeoisie ou collaborent avec l’impérialisme, appliquent sa politique ou trahissent les grèves, les mouvements de masses et les révolutions qui se déclenchent malgré tout (Argentine 2001, Bolivie 2003…).

Les anarchistes et les centristes (souvent des pseudo-trotskystes) continuent à couvrir ces trahisons, à protéger ces directions faillies, à les suppléer en cas de besoin. C’est évidement le cas de ceux qui défendent l’État sioniste ou qui votent Chirac, de ceux qui sont pacifistes et neutres quand l’impérialisme agresse l’Irak, de ceux qui excluent les lycéennes qui portent le voile islamiste en France et qui soutiennent la loi Chirac contre le foulard, de ceux qui votent pour Lula et le patron Alencar au Brésil ou deviennent ministres de leur gouvernement bourgeois.

Il n’est pas de tâche plus urgente que la préparation de la révolution socialiste mondiale pour prévenir la barbarie et donc résoudre la question de la direction révolutionnaire dont le prolétariat est privé depuis la dégénérescence stalinienne de l’Internationale communiste. Il faut remplacer les directions traîtres et démasquer leurs adjoints, construire le parti et l’internationale ouvrière révolutionnaire.

Tous les véritables révolutionnaires doivent collaborer pour cela. Vous avez peut-être déjà pris connaissance de l’Appel lancé par le CWG de Nouvelle Zélande, le GB de France, le GOI-CI du Chili, la LOI-CI d’Argentine, Lucha Marxista du Pérou. Il a été publié en français dans Révolution Socialiste n°11-12 et vous en trouverez un exemplaire ci-joint.

Cet appel pour une conférence internationale des trotskystes principiels et des organisations ouvrières révolutionnaires, vers la reconstruction du mouvement ouvrier sur l’axe de la révolution prolétarienne permet d’engager la discussion entre tous les groupes et tendances qui ont adopté une position correcte dans les événements les plus importants de la lutte des classes récente à l’échelle internationale, ou encore qui mettent en cause les erreurs de leur direction sur les questions programmatiques cruciales. D’ores et déjà, le soutiennent : le groupe CRI de France, la FT-VP du Brésil, le Groupe Germinal de l’État espagnol, le Comité pour le Parti ouvrier révolutionnaire d’Argentine, Poder Obrero de Bolivie…

Nous vous invitons à répondre à l’Appel et à le faire connaître.

Avec notre salut communiste internationaliste.

La Cellule centrale du Groupe bolchevik