Révolution Socialiste  

Home

Liens

Révolution Permanente

Lucha Marxista

Grupo Germinal

 

 

Un exemple de travail syndical du CRI France

Le camarade qui a représenté le CRI  les 10 et 11 juillet 2005 dans la « pré-conférence » du Comité de Liaison (LOI Argentine, POR Argentine, CWG Nouvelle-Zélande, FT Brésil, OO Brésil...) est aussi un responsable syndical.

Voici un courrier qu’il a envoyé comme secrétaire national de la FSE,  un petit syndicat étudiant animé en commun par des militants du CRI et du PCF, à un autre syndicat étudiant, pour organiser en commun leur participation au CNESER. Le CNESER a été mis en place par le gouvernement gaulliste Pompidou-Chaban, dans le cadre de la loi Faure organisant l’autonomie et la cogestion des universités. Le CNESER est un organisme consultatif placé aux côtés du Ministère de l’Education nationale et de la Recherche. Le CNESER donne son avis sur les lois et les décrets concernant l’enseignement supérieur. Il est présidé par le ministre de l’enseignement supérieur et comprend 11 représentants des étudiants qui siègent aux côtés de représentants du patronat français.

Comme toute lectrice et tout lecteur s’en rendra compte en consultant ce document, le CRI, comme le PCF et le PS, pense que les syndicats doivent participer au CNESER de la 5e République avec le MEDEF et cautionner ainsi  les attaques des héritiers du gaullisme comme Chirac et il est prêt à y envoyer ses propres militants.


Le secrétariat national de la FSE à la fédération Sud-Etudiant

15 février 2004

Camarades,

Cette année a été marquée par les luttes étudiantes les plus importantes depuis 1998.

Le lent développement du syndicalisme de lutte depuis quelques années a contribué à l'impulsion d'une première mobilisation de portée nationale contre la réforme ECTS/LMD. Mais sa faiblesse relative l'a empêché de peser suffisamment pour que les grèves prennent l'ampleur nécessaire, se structurent réellement au niveau national, de façon démocratique, permettant de construire un rapport de forces capable de faire céder le gouvernement.

À l'heure où celui-ci est déterminé à appliquer jusqu'au bout cette réforme de régression sociale, comme toutes les autres, ces éléments doivent nous inciter à réfléchir.

La discussion a été ouverte au sein de notre fédération pour savoir s'il est possible de réaliser, dès maintenant, dans le cadre des élections des représentants étudiants au CNESER, l'unité du syndicalisme de lutte. En effet, un succès dans ces élections pourrait contribuer à renforcer l'influence du syndicalisme de lutte à l'échelle nationale, qui a cruellement fait défaut à la mobilisation en novembre et décembre 2003. Un tel succès pourrait constituer un point d'appui pour les luttes étudiantes, notamment en vue d'obtenir l'abrogation de la réforme ECTS/LMD.

Conformément aux règles de démocratie interne de notre fédération, c'est au Collectif National de la FSE, réunissant des délégués de toutes les sections, qui se tiendra le vendredi 7 mai 2004, qu'il reviendra de trancher le débat.

Etant donné que les échéances imposées par le calendrier électoral se rapprochent à grands pas, nous avons jugé utile de vous faire d'ores et déjà part de notre réflexion et nous vous ferons connaître notre position définitive le plus tôt possible après notre Collectif National.

Salutations syndicales,

Le secrétaire national de la FSE
Stéphane Rey

(texte disponible sur le site de la Fédération syndicale étudiante)