Révolution Socialiste  

Accueil

Liens

Révolution Permanente

CRP en el Perú

Grupo Germinal

 

 

CAHIER BOLCHEVIK N°16

 

Programme révolutionnaire contre programme bourgeois

Trotsky : Pour un programme d’action (1934)

Naville : Programme d’action de la Ligue communiste (1934)

Programme du Front populaire  (1936)

Naville : Que signifie le programme du Front populaire ?  (1936)

 

Notre programme d'action veut être celui du prolétariat entraînant les autres couches laborieuses de la nation depuis la lutte pour leurs revendications immédiates jusqu'à celles pour l'établissement du pouvoir des ouvriers et des paysans.

Ce programme d’action a été adopté par la section française du mouvement pour la 4e Internationale en 1934. Trotsky avait poussé la Ligue communiste (bolcheviks-léninistes), à s’armer d’une réponse programmatique face à la situation prérévolutionnaire qui se développait à la suite de la victoire de Hitler en 1933 et de la poussé fasciste en France même. Le 6 février 1934 eut lieu devant la Chambre des députés une manifestation armée des groupes fascistes contre le gouvernement de Daladier (Parti radical). Les travailleuses et les travailleurs ripostèrent le 12 février par une journée de grève générale et des manifestations dans tout le pays.

La situation politique française se polarisa rapidement et le gouvernement vira plus à droite, Doumergue remplaçant Daladier comme premier ministre et promettant de diriger un gouvernement « fort ». L'idée d'un front uni contre le fascisme, depuis 1929  un point fort de l'agitation de la Ligue communiste, était reprise par les masses qui l’imposèrent aux grands partis et aux syndicats ouvriers. Le programme d'action de juin 1934 était destiné à fournir le contenu politique et les buts du front unique. Ce texte est aussi un jalon vers le programme de transition adopté par la conférence de fondation de la Quatrième Internationale en 1938 : L’Agonie du capitalisme et les tâches de la Quatrième Internationale (disponible dans cette collection).

Mais la direction du PCF et du PS-SFIO allaient transformer en 1935 le front unique ouvrier en son opposé, le Front populaire, en l’élargissant à des partis bourgeois dont le Parti radical. Le programme de cette coalition, publié intégralement dans ce recueil, était limité à l’aménagement de l’ordre bourgeois, de l’empire colonial et de l’exploitation capitaliste. Il ne comprenait pas les quelques concessions que la classe ouvrière allait arracher aux patrons et au gouvernement Blum. L’histoire officielle comme celle des réformistes attribuent mensongèrement au Front populaire les 40 heures et les 2 semaines de congés payés, que alors qu’elles sont dues à la crainte des possédants et de leurs agents réformistes devant le potentiel révolutionnaire de la grève générale de mai et juin 1936.