Révolution Socialiste  

Home

Liens

Révolution Permanente

CRP en el Perú

Grupo Germinal

 

CAHIER BOLCHEVIK N°4

 

Lénine

Le socialisme ou la guerre (1915)

 

Vladimir Illich Oulianov (Lénine) rejoint le mouvement ouvrier russe persécuté par le tsarisme en 1893. Il joue un rôle décisif dans la reconstruction du parti qui se réclame du marxisme, le POSDR rattaché à la 2e Internationale. À partir de 1903, il dirige la fraction majoritaire (« bolchevik ») de ce parti, qui est opposée à l’alliance avec la bourgeoisie que préconise l’aile opportuniste (« menchevik »). Lénine se trouve à l’aile gauche de l’Internationale ouvrière (avec Martov, Luxemburg,  Zetkin…).

À l’ouverture de la guerre mondiale, en 1914, Lénine condamne d’emblée le ralliement de la plupart des partis ouvriers (PS-SFIO, POB, Labour Party,  SPÖ,  SPD…) à la guerre et à « l’Union sacrée », au mépris des résolutions de l’Internationale ouvrière. Il trace la ligne du défaitisme révolutionnaire, préconisant la révolution comme solution du conflit entre bourgeoisies en lutte pour le repartage du monde. Lénine en tire les conséquences en matière d’organisation avec, dès 1914, la perspective d’une nouvelle internationale, rassemblant des partis séparés de ceux qui ont trahi (les sociaux-patriotes) et aussi de ceux qui veulent maintenir l’unité avec les précédents  (les centristes). Deux dirigeants du Parti bolchevik tenteront d’expliquer théoriquement la guerre et le social-chauvinisme : Boukharine avec L’Économie mondiale et l’impérialisme en 1915, Lénine avec L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme en 1917.

En juillet et en août 1915, Lénine rédige Le Socialisme et la guerre en vue de la conférence internationale de Zimmerwald (Suisse). Il démontre qu’aucun des deux camps impérialistes ne peut être soutenu et qu’il faut transformer la guerre entre impérialismes en guerre civile.

La conférence de Zimmerwald qui rassemble, du 5 au 8 septembre 1915, les socialistes européens hostiles à la guerre et à l’union sacrée, ne suit pas Lénine. Son manifeste, rédigé par Trotsky, restera marqué par le pacifisme et la confusion. Néanmoins, Lénine et Zinoviev y regroupent une fraction communiste, la « gauche de Zimmerwald ». Celle-ci est un jalon vers la 3e  Internationale, qui ne sera proclamée qu’en 1919 sous l’égide de Lénine et de Trotsky, après la victoire en Russie de la révolution prolétarienne en octobre 1917.